Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Les ambassadeurs AX à Berlin

International

-

26/02/2020

En tant qu'ambassadeurs AX à Berlin, Camille Metz (X2012) et Cyriac Massué (X2007) animent depuis quelques mois la communauté polytechnicienne locale.


À l'occasion d'une interview pour La Jaune et la Rouge du mois de février, ils nous font découvrir leurs activités et leurs actions !


Depuis combien de temps êtes-vous à Berlin ?

Camille : Je suis à Berlin depuis octobre 2018. Je suis au corps des Mines et, en guise de premier poste, j’ai demandé de faire une thèse à l’étranger. Le hasard a fait que j’ai rencontré un professeur dans un laboratoire de recherche rattaché à l’hôpital de la Charité, le grand hôpital de Berlin. J’y ai commencé une thèse en biomécanique il y a un an et cherche à simuler la façon dont les os se régénèrent en fonction de l’environnement mécanique dans lequel ils se trouvent. J’utilise mes compétences d’ingénieure sur des problématiques médicales assez stimulantes.

Cyriac : J’ai séjourné à Berlin pour la première fois en 2009, dans le cadre de mon stage de recherche de 3A dans un institut Max Planck. Après ma 4A à l’ETH de Zürich, je suis revenu en 2012 dans le même institut pour une thèse sur la production d’hydrogène vert. Venu pour trois ans, je ne suis jamais reparti et travaille à présent au ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWi). Je suis en particulier impliqué dans les travaux sur le rôle que pourrait jouer l’hydrogène dans le contexte de la transition énergétique.


Les X sont-ils nombreux à Berlin ?

Nous en avons identifié à peu près 25, dont 15 inscrits sur le groupe LinkedIn que nous venons de créer. Lors de notre première réunion en novembre, nous étions une douzaine.


Quels sont les profils des X à Berlin ?

Camille : Ils sont plutôt jeunes, deux tiers sont issus de promotions postérieures à 2000. Ils sont dans les métiers de la tech et du machine learning car ce sont des industries que Berlin veut développer. Les parcours classiques vont se retrouver dans le tradingd’énergie et le secteur des transports.

Cyriac : Certains sont encore fonctionnaires. La plupart travaillent à l’ambassade, moi-même au ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie. On trouve également un flux continu de chercheurs, en particulier à l’université technique (TU Berlin) et dans les instituts des sociétés de recherche Max Planck ou Fraunhofer.


Que souhaitez-vous pour le groupe X-Berlin ?

Camille : Comme il n’existait rien de très formalisé ni de pérenne, il y a un bel enthousiasme à se lancer dans l’aventure. Nous avons le souhait de former une communauté un peu différente, de pouvoir échanger sur nos vies professionnelles et d’aider aussi ceux qui arrivent pour y suivre des études. Nous tablons sur une rencontre tous les trois mois environ, autour d’une expo en hiver et l’été pourquoi pas une après-midi pétanque bien française ?

Nous souhaitons aussi faire connaître l’X en Allemagne car le concept d’école d’ingénieurs est original, il faut l’expliquer à chaque fois. En Allemagne, il existe un système de « hautes écoles » mais dont le niveau est en-dessous de celui de l’université. Nous voudrions faire la promotion de l’École et de ses masters auprès des universités de Berlin par exemple, ainsi que du lycée français.

Cyriac : Nous sommes également un premier point de contact pour les X arrivant à Berlin ou souhaitant s’y installer. Notre rôle est de servir de relai avec les membres de la communauté X de Berlin, mais aussi à travers nos propres contacts professionnels. Les demandes d’informations qui nous parviennent concernent pour l’instant surtout des X en recherche de stage de 2A ou de 3A, mais nous sommes là pour répondre à toutes les demandes.

À terme, nous espérons établir le groupe X de Berlin aussi comme un forum d’échange entre professionnels. Nos activités comportent donc bien une composante de networking, permettant à tous, quels que soient leur situation professionnelle et leur secteur d’activité, de nouer des liens et de joindre ainsi l’utile à l’agréable.


Découvrez l'intégralité de l'interview sur le site de La Jaune et la Rouge.

126 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

International

Appel à candidature pour le parrainage des élèves internationaux de la promo 2019

LD

Lisliere Dantas

13 décembre

International

Singapour : première réunion d’anciens de l’Institut Polytechnique de Paris

LD

Lisliere Dantas

15 novembre

2

Nominations

Nominations

AM

Anne Maginot

02 avril

2